mardi 22 avril 2008

Tokyo arrivederci

Tokyo 19/04

Mixed feelings. Tristesse incommensurable et anxiété du départ.
Je me languis déjà de tout ce que je vais laisser derrière moi...

Courses d'avant départ. Les quelques cadeaux que l'on veut offrir à ceux qui ont fait le voyage dans notre coeur.
J'écoute le cd des cantates de Cristina Kiehr que j'adore. Je me détends comme je peux.

J'ai finalemnet acheté une yukata (alors que j'avais fait une fixation sur un kimono) mais il faut savoir être raisonnable aussi. Et des sandales en bois taille homme! Et oui, les japonaises ont de tout petits ... petons ... ah ah ah ce qui n'est pas mon cas. Je me demande quelle taille tu aurais prise Sandra!? (private joke!)

Le vent souffle très fort aujourd'hui sur la ville...

Nous allons dîner dans un endroit in à Omotesando Hills. Et là une chose incroyable... un couple de japonais installés à la table d'à côté nous a payé un verre de champagne. Ils sont tous 2 venus nous saluer et échanger leur carte de visite. Il semblerait qu'ici ce soit monnaie courante! Echange de cartes de visites. Ça m'a semblé un peu cocasse!

Et finalement le point d'orgue du voyage... la raison cachée et inconsciente de ce voyage... le Park Hyatt... l'hotel où a été tourné le fameux film Lost in translation ... un verre au bar... une chanteuse de jazz et de blues... vue sur Tokyo à nous couper le souffle...

Nous y sommes... la fin du voyage... la décompression va être lente...

Et voilà... l'heure du bilan est arrivée

Le Japon est un pays fabuleusement attachant. Chaque moment passé ici est cousu d'étonnement, de surprise, d'hébètement, de questionnement, d'ahurissement... à chaque coin de trottoir, de rue, de quartier, on porte un regard sur une nouvelle attraction, une sensation unique jamais ressentie.
Les gens d'ici semblent fonctionner comme des automates trop bien réglés. Avec leurs règles précises ou imprécises, fixes ou versatiles... leurs pas toujours pressés... les femmes font de tout petits pas et lorsqu'elles nous parlent ou essayent d'expliquer quelque chose, elles poussent de petits gloussements hystériques et parfois gutturaux qui ont eu parfois raison de ma zénitude mais aussi le mérite du talent de m'énerver! Oui, parce qu'au Japon, pour rester zen, il faut le vouloir avec force et acharnement, la fatigue de nos constants déplacements aidant dans le sens inverse bien entendu!
Quant à leurs goûts alimentaires, je dois avouer que je ne suis pas absolument fan, en attestent les divers crimes "mac-donaldiens" que j'ai allègrement commis ici et qui m'auraient outrée ailleurs qu'ici! Mais après quelques expériences lors desquelles mon estomac était plutôt révulsé qu'apaisé, j'y ai consenti sans trop de pbs de conscience! Le sushi et le sashimi ainsi que la tempura faisant absolue exception! Nous en avons mangé sufissament pour le restant de l'année.
Et les yaourts à l'aloé vera pour lesquels j'éprouve une véritable addiction!
Pour ce qui est des goûts vestimentaires... quelle cata! Elles surtout, les nippones! Eux, les nippons portent pour la plupart des costumes cravates noirs et se fondent dans une masse noire informe. Les jeunes marient n'importe quoi. Les femmes mélangent des styles complètement disparates, des couleurs qui ne se marient qu'en rêve et des tissus en nylon avec des bariolages qui défient à mes yeux d'occidentale toute règle d'esthétique et de bon goût...
Mais cette pauvreté de goût est totalement bannie en ce qui concerne leurs vêtements traditionnels qui sont d'une beauté exquise et d'une élégance incomparable.

O que foi o melhor do Japão?

As sakura indiscutivelmente. Arvores ornamentais de uma beleza e singeleza extraordinárias...
O sushi no mercado do peixe no sábado de madrugada...
As casas de banho com sanitas que nos lavam e secam o rabo e cujo rebordo é por vezes aquecido... Ah!
As viagens no Shinkansen...
Os ryokans...mesmo os mais claustrofóbicos...
O onsen na montanha de Beppu Beppu Beppu...
Os néons de Ginza e Shinjuku...
O cheiro do incenso nos Templos...
A falta de graffitis...
O silêncio mesmo entre a manada...
Une plage avec des brise lames dans le Pacifique...

Neste país não vivem pequenos Budas....

Sayonara

1 commentaire:

armando a dit…

Ola amiga. Que pena não ter ido contigo a este país fabuloso. Mas fica para breve.
Conta mais coisas...

Beijos