mardi 3 août 2010

(Dé)lestage

«Elle ne pouvait pas s'échapper. Il l'avait enchantée comme une bête.» (Bosco)

je garrotte les mots
(à l'encre bleue)
ceux-là qui m'enchaînent
telle une captive

je musèle les mots
(à l'encre bleue)
ceux-là qui me ravissent
telle une partisane

je bâillone les mots
(à l'encre bleue)
ceux-là qui me soumettent
telle une pasionaria

je tais les mots
(à l'encre bleue)
ceux-là qui me subjuguent
telle une esclave

après,

je les ancre à mes chevilles
ceux-là qui m'envoûtent
ceux-là qui m'ensorcèlent
ceux-là qui m'enchantent
ceux-là qui me fascinent
telle une foule d'ensoutanés
(à l'encre noire)

je fais quelques pas de paso doble
(devant le miroir magique)

puis,

je me (dé)leste

6 commentaires:

expressodalinha a dit…

Et c'est ce qu'on peux faire...

myra a dit…

l'encre bleue, l'encre noire, toutes tes parole m'enchainent a une grande admiration !!!!!
bises

La sonrisa de Hiperión a dit…

Un placer como siempre pasar por tu espacio.


Saludos y un abrazo.

ma grande folle de soeur a dit…

C'est tout ce que l'on peut faire ...

ma grande folle de soeur a dit…

Myra, moi je préfère l'encre sur tes tableaux :) bises

ma grande folle de soeur a dit…

Mi placer es pasar por el tuyo. Gracias. Abrazo.