dimanche 1 mars 2009

Haiku du XXe siècle - Gallimard

«Autant et peut-être plus encore qu'un poème, le haiku est un mode de vie, un style d'être, une approche sensuelle du monde. Il est (...) une initiation à la vie poétique, à une perception autre des êtres et des choses. (...) Bashô nous invite à écrire un haiku « comme on abat un grand arbre, comme on désarme un adversaire, comme on fend une pastèque, comme on engloutit une poire.» (...)
Pour le haijin, tout se tient, tout est lié. Ce chasseur de sensations ne juge pas le réel à l'aune de ses attentes, mais s'attache à le saisir tel qu'il est. À le saisir dans l'occasion propice, dans l'attention vibrante à ce qui se présente. (...) Attentif à voir directement la réalité telle qu'elle est - et non telle que l'intellect la cartographie, la décrit ou la conçoit -, le poète de haiku s'attache à montrer vraiment les poissons dans l'eau, à capter la tangente avec l'instant où les poissons sont le plus absolument poissons. Le réel n'est jamais dénié, tenu à distance, sacrifié sur l'autel de l'idéal ou du verbal. Au contraire, il donne lieu à un affûtement sans fin de l'écoute. Tout vrai poète de haiku est un élève du monde (...).»
Corinne Atlan et Zéno Bianu



Baroque
la chouette ulule
dans la forêt des buildings
Yamagishi Ryûji


Seulement ce chemin
où je marche seul

Taneda Santôka


Odeur de dentifrice
solitude -
je cherche tes lèvres
Azumi Atsushi

Près de la gare
j'ai trinqué
avec cette époque aveuglante
Hoshinaga Fumio

Plaine de roseaux -
si j'ouvre les yeux
mon coeur se fêle!
Fuyuno Niji

2 commentaires:

josé louro a dit…

na exposição da cordoaria dos surrealistas está exposta uma bota onde inscreveram «feliz bota que deu à costa nas areias de Sesimbra». lembrei-me de um dos teus haikus.O da cadeira de plástico.

ma grande folle de soeur a dit…

sim... podia ser um haiku:

feliz bota -
deu à costa
nas areias da praia

ou

nem a bota sonhava
acabar os seus dias
nas areias da praia

:)