dimanche 29 mai 2011

la matraque # 1

la matraque
est devenue le prolongement
de la main humaine

la matraque

samedi 28 mai 2011

Roseaux # 1


Dans l'eau profonde
Le crissement des faucilles
On coupe les roseaux

Buson

vendredi 27 mai 2011

Roseaux

avis de passage # bis

Começo a fartar-me do amarelo... e estou a gostar mais do template do tumblr...por isso, vou migrando para este novo poiso: http://babellefish.tumblr.com

avis de passage

songe

tes seins de fille
ont excité
tes seins de femme
ont enfanté
tes seins de mère
ont allaité
et même
tes seins de femelle
n'ont de sens
qu'entre ses mains

a cada dia a sua geometria

dimanche 22 mai 2011

Peuple assoiffé de vie,
Connais ton créateur.
Je me retrouve dans la nuit:
Il bat, mon coeur.

in Poésie, de Michel Houellebecq

Curse

vendredi 20 mai 2011

Chegaram

os dias rigorosamente quentes -

o corpo pede maresia, malvasia

brisa matinal, danças sagradas

e noites tórridas de festa.

jeudi 19 mai 2011

(Dis)harmonie

Bestioles

Un beau jour au fond d'un vallon
Un serpent piqua Jean Fréron (...)
Ce fut le serpent qui creva.

Voltaire

Ai

Melgas -
deixem-me dormir!

mardi 17 mai 2011

Mask

sans aucun sens

sans aucun sens

à peine un sens interdit

sans aucun sens

à peine le sens de la vie

sans aucun sens

à peine le sens de la mort

sans aucun sens

à peine le sens de la peur

sans aucun sens

à peine le sens de l’amour

sans aucun sens

à peine le sens de la terreur

sans aucun sens

à peine le sens de la haine

sans aucun sens

à peine le sens de la douleur

sans aucun sens

à peine le sens de l’ennui

sans aucun sens

à peine le sens de la connerie humaine

sans aucun sens

à peine le sens de l’absurde

sans aucun sens

qui s’abat sur toi, sur moi, sur lui

sans aucun sens

tous ces vilains visages masqués

lundi 16 mai 2011

Cobra

Serpente é aquela cobrinha
que não serpenteia assim tanto
quanto você julgava...

Allons #2

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir; coeurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et sans savoir pourquoi, disent toujours: Allons!

in Fleurs du Mal, de Baudelaire

Allons

dimanche 15 mai 2011

Rage

Rudement, la rage
s'est plantée
dans le ventre
de ma mère.
Elle l'a enfantée,
en grande souffrance.
Brutalement, la rage
me râcle
les veines et ne me laisse
rien!

4

samedi 14 mai 2011

Magie

(extrait)

J'étais autrefois bien nerveux. Me voici sur une nouvelle voie:
Je mets une pomme sur ma table. Puis je me mets
dans cette pomme. Quelle tranquilité!
Ça a l'air simple. Pourtant, il y a vingt ans que j'essayais;
et je n'eusse pas réussi, voulant commencer par là. Pourquoi pas?
Je me serais cru humilié peut-être, vu sa petite taille et sa vie
opaque et lente. C'est possible. Les pensées de la couche du dessous
sont rarement belles.
Je commençai donc autrement et m'unis à l'Escaut.
L'Escaut à Anvers, où je le trouvai, est large et important et il pousse
un grand flot. Les navires de haut bord, qui se présentent, il les prend.
C'est un fleuve, un vrai.
Je résolus de faire un avec lui. Je me tenais sur le quai à toute heure du jour.
Mais je m'éparpillai en de nombreuses et inutiles vues.
Et, puis, malgré moi, je ragardais les femmes de temps à autre, et ça, un fleuve
ne le permet pas, ni une pomme ne le permet, ni rien dans la nature.
Donc l'Escaut et mille sensations. Que faire? Subitement, ayant renoncé à tout, je me trouvai..., je ne diaria pas à sa place, car, pour dire vrai, ce ne fut jamais tout à fait cela. Il coule incessament (voilà une grande difficulté) et se glisse vers la Hollande où il trouvera la mer et l'altitude zéro.
J'en viens à la pomme. Là encore, il y eut des tâtonnements, des expériences; c'est toute une histoire. Partir est peu commode et de même l'expliquer.
Mais en un mot, je puis vous le dire. Souffrir est le mot.
Quand j'arrivai dans la pomme, j'étais glacé.

Henri Michaux, in Lointain intérieur

vendredi 13 mai 2011

mercredi 11 mai 2011

odor

duro como um punho
violento como uma carícia
suave como uma mordidela
assombroso - o (teu) olhar

samedi 7 mai 2011

Black&Blue

Hymne à la Mère

Parce qu'une pute est une pute
et une mère est une mère.
Parce qu'une pute peut être une mère
et une mère peut être une pute.
Parce qu'une pute peut être une pute
mais une mère sera toujours une mère,
même si elle est un peu pute.

vendredi 6 mai 2011


photo de anka zhuravleva

Attachée

Seule, contre un mur -
je me cache la figure
avec mes doigts en éventail

jeudi 5 mai 2011

Black& Blue( From Myra)


Uma prenda
fabulosa
da minha
fabulosa
amiga Myra

photo de anka zhuravleva

cocote

se me pedires
no meio da rua
para levantar a saia
no meio da rua
ficarei, assim,
no meio da rua
escancarada
no meio da rua
até que o teu olhar
no meio da rua
me adorne, me cubra, me tape, me abafe, me resguarde,
me agasalhe, me sufoque, me abrigue, me esconda, me vença, no meio da rua me abata, me subjugue, me preserve, me alastre, me penetre, no meio da rua me sustenha, me dispa e me vista e me conquiste no meio da rua

mercredi 4 mai 2011

Tragicomic

todas as pessoas têm tragédias nas suas vidas
todas as vidas têm tragédias nas suas pessoas
todas as tragédias têm pessoas nas suas vidas

todas as pessoas têm vidas nas suas tragédias
todas as vidas têm pessoas nas suas tragédias
todas as tragédias têm vidas nas suas pessoas

todas as pessoas têm pessoas nas suas pessoas
todas as vidas têm vidas nas suas vidas
todas as tragédias têm tragédias nas suas tragédias

todas as pessoas têm pessoas nas suas vidas
todas as vidas têm vidas nas suas pessoas
todas as tragédias têm tragédias nas suas pessoas

todas as pessoas têm tragédias nas suas tragédias

À luz do dia


Photo de Anka Zhuravleva

mardi 3 mai 2011

Babelle Fish

Elle ne sait parler aucune langue
sauf celle de l'amour -
qu'elle a trop connu.

Serva

Queria inventar-te novas carícias
Disseste-me que as velhas ainda (te)
serviam; por isso,orgásticas e briosas,
as minhas mãos mansas seguem alisando
as serranias e as planuras do teu corpo.

lundi 2 mai 2011

Little Soldier

Today,
I feel I have to mechanically march
day and night, night and day
till my feet begin to swell
in fresh, bright blood
never slackening or altering pace,
like a brave little soldier only
thinking of the long trudge back home.

Today,
I feel I have to lay still,
under the trees, by the side
of an alien road,
dreaming of some far place -
(a kind of brand new loneliness)
like a brave deserter thinking of
the long trudge back home.

Today I feel the breath of fear
on my face and a thin circle of ice
around my soldier's and my deserter's
heart. Like a child emerging
from the vagueness and the strangeness
of shadows fluctuating in a thick darkness.

Dreams of the past are beating implacably
on my brain altogether with those other
memories of brutality and silence, without
murmur or protest -
night and day, day and night
I have to mechanically march
like a brave little soldier!

Babelle Fish



photo de Dmitry Laudin

New era

Guardo para ti
as palavras que nos entortam
como enleadeiras

"Raízes"

Hoje-
sinto-me como uma árvore
do alto destas raízes.


For Myra