vendredi 31 octobre 2008

Triptic de la femme assise

Assise devant l'écran-
un crayon virtuel
à la main

Assise devant l'écran-
le jaune dilate
mes pupilles

Assise devant l'écran-
je n'ai ni froid
ni chaud

Anthologie du poème court japonais

J'ai tué une araignée -
solitude
de la nuit froide

(Masaoka Shiki)

"Les latrines sont par là"
dit le cheval
dans le froid de la nuit

(Kobayashi Issa)

L'automne vient -
le chiot qui ne le sait pas
est un Bouddha

(Kobayashi Issa)

jeudi 30 octobre 2008

Haïku

Sur un pont suspendu
un homme court -
il pleut

Pot aime urbain

A chuva cai assertiva no pára-brisas.

Eu paro horas bloqueada no trânsito acidentado.

De tanto olhar para a matrícula do carro da frente,
já a repito como um mantra... mecanicamente!

Em que pensa o homem ao volante do carro de trás?

Será este um dia urbano totalmente absurdo?

mercredi 29 octobre 2008

Haïku

na mão direita, o vento
na mão esquerda, o vento
estendo as mãos... vazias!

Encontro entre bloggers

O encontro confirma-se para dia 9 de Nov. pelas 15 horas na porta de entrada principal do Centro Cultural de Belém, Lx.
Venham mesmo que chova...

Haïkaï abortados

De manhã, frente ao casino
um homem curvo
encontra comida,
no caixote do lixo


À tarde, perto do casino
um homem curvo
com um olhar desaparecido
sobe a rua


O homem curvo
veste fato e gravata
desbotados e cossados

O meu olhar
perde-se
por instantes no retrovisor...
é o mesmo homem curvo

O seu dia passara-se naquele perímetro
procurando comida no caixote do lixo...

mardi 28 octobre 2008

Anthologie du poème court japonais

Poireaux lavés
poireaux tout blancs -
comme ils ont froid!

(Bashô)

Une souris piétine
une assiette -
bruit froid!

(Buson)

Le froid le froid -
l'eau bleuit
le ciel se rétrécit

(Natsume Sôseki)

lundi 27 octobre 2008

Anthologie du poème court japonais

Ce monde souffre -
même les herbes le disent
qui se courbent au couchant

(Issa)

Les insectes crient
la lune sort
le jardin s'assombrit

(Shiki)

Sauterelle -
n'écrase pas
les perles de rosée blanche!

(Issa)

vendredi 24 octobre 2008


Foto tirada pela Sara, Japan '08

Anthologie du poème court japonais

Les herbes folles
se couvrent d'automne -
je m'assieds

(Taneda Santôka)

Des érables d'automne
je m'approche -
la solitude me prend

(Kobayashi Issa)

Sur ce pont suspendu
nos vies s'enroulent
aux sarments de lierre

(Matsuo Bashô)

jeudi 23 octobre 2008

Living...

Living today is not a sinécure.

Haïku

Pluie d'automne -
les hortensias
se décident pour le bleu

(Shiki)

mardi 21 octobre 2008

Haïku

La voix rauque du vent
hérisse
les bambous et les herbes folles

Rumi Poems (Everyman's Library Pocket Poets)

Quatrains

What do you hope to find
In the soul's street
In the bloody streets of the heart
That have no news, even of yourself?

How long will we fill our pockets
Like children with dirt and stones?
Let the world go. Holding it
We never know ourselves, never are air-born.

lundi 20 octobre 2008


Foto tirada pela Sara, Japan '08

1...

1 ceú azulado
meio abotoado com nuvens
enfatuadas...

1 chão acolchoado
com folhas secas, mirradas
e encarquilhadas...

1 árvore meio depenada
e muda como
1 grito vertical...

1 chão seixoso
e 1 pé a deslizar...

Haïkaï

Quem me dera
lavar o cérebro
como lavo os dentes.

Si je me crayonnais
que serais-je?
Un bout de Finisterre...

vendredi 17 octobre 2008

Re

Regeneração
recopilação
ou recozedura?

Haïkaï

Ao lusco-fusco
a cidade despovoa-se -
só já os pássaros nas árvores


Voar com o vento -
whishful thinking,
mas serei de chumbo?


empty bottle
empty glass
empty me

jeudi 16 octobre 2008

Haïku

Várias pontes
e diversas solidões
justapostas

Prémio Dardos


mercredi 15 octobre 2008

Anthologie du poème court japonais

Pas après pas
dans les montagnes d'été -
soudain la mer!

(Kobayashi Issa)

Um passo a seguir ao outro
nas montanhas de verão -
de repente o mar!

À la tombée du soir
un crapaud
vomit la lune!

(Masaoka Shiki)

Ao crespúsculo
um sapo
vomita a lua!

lundi 13 octobre 2008

Haïku

Uma pedra na mão -
atirá-la
ao charco?

vendredi 10 octobre 2008

Encontro entre bloggers (gráficos+ haïku)

Pronto, decidiu-se a data e o local : 9 de Novembro no CCB... Falta só definir a hora... Tal como o José Louro, do blog a janela de Alberti, convido-vos a aparecer num encontro que tem por vocação ser o mais espontâneo e simples possível... Até breve

Haïlaï

Chaque matin,
je me coiffe,
puis le vent
me décoiffe.


Awaken your senses -
what will come
first?


À falta de pétalas
apanho
folhas mortas

mercredi 8 octobre 2008

Basho- the complete haiku

into this sea
throwing my sandals
rain on my hat

without a hat
a winter rain falls on me
so what

the oak tree
pays no attention to flowers
a pose

on a mountain path
where something might charm you
a wild violet

rabbit-ear iris
it gives me an idea
for a poem

the one thing
that lights my world
a rice gourd

various grasses
each flower
an achievement

drinking saké
without flowers or moon
one is alone

don't be like me
even though we're like the melon
split in two

dimanche 5 octobre 2008

Haïku

Será posible
que un gato
se muera de soledumbre?

Haïlaï


Saboreio mentalmente
o borek de feta
comido no Taurus

Triptic+ 2

Hoje
olho para o espelho
para confirmar que ainda tenho olhos

Hoje
olho para o espelho
para confirmar que ainda tenho boca

Hoje
olho para o espelho
para confirmar que ainda tenho nariz

Hoje
olho para o espelho
para confirmar que ainda tenho orelhas

Hoje
olho para o espelho
para confirmar que ainda tenho o piercing no nariz

samedi 4 octobre 2008

Paul Eluard (1895-1952)

COUVRE-FEU

Que voulez-vous la porte était gardée
Que voulez-vous nous étions enfermés
Que voulez-vous la rue était barrée
Que voulez-vous la ville était matée

Que voulez-vous elle était affamée
Que voulez-vous nous étions désarmés
Que voulez-vous la nuit était tombée
Que voulez-vous nous nous sommes aimés.


L'AMOUREUSE

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s'engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils,
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir à rien dire.


POUR VIVRE ICI

Je fis un feu, l'azur m'ayant abandonné,
Un feu pour être son ami,
Un feu pour m'introduire dans la nuit d'hiver,
Un feu pour vivre mieux.

Je lui donnai ce que le jour m'avait donné :
Les forêts, les buissons, les champs de blé, les vignes,
Les nids et les oiseaux, les maisons et leurs clés,
Les insectes, les fleurs, les fourrures, les fêtes.

Je vécus au seul bruit des flammes crépitantes,
Au seul parfum de leur chaleur;
J'étais comme un bateau coulant dans l'eau fermée,
Comme un mort je n'avais qu'un unique élément.

vendredi 3 octobre 2008

Hailai

uma vida cheia
de gestos ( in ) úteis -
pétalas na palma da mão

"to be or not to be"
to choose or to be choosen
to speak or to listen?

la goutte d'eau
est mon miroir -
je me vois de l'autre côté de l'O

jeune nomade des temps modernes
ton coeur est comme un saltimbanque
de l'Amour

jeune samouraï -
c'est ma main qui relève tes cheveux
sur ta nuque

jeudi 2 octobre 2008

PERIPHERIQUE EROTIC I

jeune moineau -
toi qui aimes jouer à pigeon vole
un nid douillet t'attend

dans mon atelier de Vénus
une sculpture -
ta cheville d'Adam

ton coeur de Tzigane
s'abreuve maintes fois
au beuvoire de Vénus


Ah! Ce jouvenceau discret
comme il est hardi
dans le jardin d'amour!

cette herbe qui croit dans la main
s'accommode au mieux
au jardin public

Que s'accolent toujours
ton lingot d'amour
et mon anneau de Hans Carvel!

le laboureur de nature
s'enfonce au plus profond
de cette étoffe à faire la pauvreté

Ce soir, la marque de ta vaisselle
est posée
sur ma sainte table!

Maître Jean Jeudi
est-ce à vous
ce miroir brisé?

votre outil à faire la pauvreté
instrumente avec habileté
cet ourlet somme toute délicat

un petit coeur à échasses
suffit au petit plaisir
du coeur fendu!

le paquet de mariage
donne toujours de la bonne chère
à la solution de continuité...

Votre péninsule, mon ami
se perd fréquemment
au labyrinthe de concupiscence!

Perrin boute-avant
se trouve, pour l'instant,
dans le vestibule...

le robinet de l'âme
débarbouille amplement
les basses marches

la pierre à casser les oeufs
est gardée bien au chaud
dans le tabernacle!

Votre petite majesté
est partie visiter
le temple de Cypris

Redilemoi! Redilemoi!
Mon coeur fendu n'entend pas.
Il fait celui qui regarde par le bas!

Pourquoi le tant pis si j'meurs
cherche-t'il obstinément
un paradis terrestre?

Ah! Le badinage d'amour
qui fait l'androgyne
aux tendres défilés!

le cierge et l'ardent
scellent
un passe-port sur le ventre!

le chardonneret et l'oiseau-lyre
ajustent
leurs gazouillis!

le moineau et le papillon
s'envolent
à l'unisson!

Votre couteau naturel
fenderait-il
ma prâline?

Mon ami, votre outil à faire de la belle joie
s'ajuste au mieux
dans ma boîte à ouvrage!

ce lingot d'amour
ira tout droit
dans ma tire-lyre!

si votre petit frère
cherche une lampe amoureuse -
elle est toute trouvée, mon ami!

votre flèche d'amour
a ouvert, béante -
cette brèche!

la vie du con
n'a de pendant
que la braguette de peau!

le pommier d'Adam
se cultive-t'il encore
au paradis terrestre?

la flûte à Robin
s'accointre harmonieusement
de cette harpe de volupté!

Mon bel Adonis -
voulez-vous encore
pigeonner la mignotise d'amour?

Hier, Prosper fût content que
nous l'ayons emmené
au cirque!

mercredi 1 octobre 2008

The Autumn in ... Basho, The Complete haiku

east or west
the same elegance
in autumn winds


sleep on a journey
then you will understand my poem
autumn winds


early autumn
the sea and rice fields
one green


lantern plant
fruit and leaves and shells
are autumn colors


when saying something
my lips are cold
autumn wind


red more real
in spite of the indifferent sun
an autumn breeze


autumn wind
in the graveyard of Ise
more dreadful


turn this way
I am also lonely
this autumn evening


already autumn
even sprinkles of rain
in the room's shape


autumn night
dashed to bits
in conversation


autumn deepens
so what does he do
the man next door

The Butterflies ... in Basho, The Complete Haiku (translated by Jane Reichhold)

butterfly butterfly
let me ask you about chinese
poetry


wake up wake up
I want to be your friend
little sleeping butterfly


a butterfly flies
only in the field
of sunshine


a white poppy
a butterfly tears off a wing
for a keepsake


passing through autumn
a butterfly seems to lick
chrysanthemum dew